Deux (et demi!) chercheurs belges en Floride

Rubriques

1. Les voyageurs
2. Subsides
3. Avant le voyage
4. Coups de coeur
5. Notre travail de chercheur
6. En Floride
7. Cuisine
8. Yoga
9. En Californie

Nos aventures continuent...

Mais plus à l'est!  Accompagnez-nous en Inde du 18 décembre 2010 au 5 janvier 2011 en lisant notre prochain carnet de voyage!



Publié à 04:49, le 7/06/2010, dans 4. Coups de coeur, Liège
Mots clefs : Bharat spirit
.. Lien


Six mois en Floride – Fin de l’aventure !

 

Voilà c’est bientôt la fin de notre aventure ! Les bacs sont nettoyés, les échantillons empaquetés, les valises s’accumulent et nous transissons déjà de retrouver la froidure de l’hiver belge. Ces six mois se sont écoulés à toute vitesse avec leurs lots de surprises, de découvertes et d’émotions ! C’est par ce petit bilan à chaud que nous choisissons de clôturer ce blog !
 
Ce que nous n’avons peu, pas ou pas du tout aimé :
 
1.      Le système santé américain. Simplement parce que nous en étions exclus. 350 dollars pour une visite chez le dentiste, 120 dollars pour un pédiatre ; les soins de santé sont chers aux USA ! Nous étions couverts par une assurance type Europ-Assistance, utile uniquement en cas d’urgence (et nous n’avons évidemment pas la même définition d’urgence). Si vous souffrez d’une maladie préexistante, nécessitant un suivi médical (e.g. allergie, prises de sang,…), vous êtes exclus de ce type de couverture-santé. Nous étions par conséquent personae non gratae dans de nombreux cabinets médicaux qui n’acceptent que des patients couverts par une assurance santé américaine. Peu de Belges en ont conscience mais nous sommes vraiment privilégiés par notre système santé.
2.      Paperwork comme ils disent  ou paperasserie Américaine! Tout est extrêmement organisé, policé et la moindre tâche nécessite de nombreuses étapes et signatures associées en bas du document !
3.      La durée du séjour. Nous ne sommes restés que six mois,  un petit goût de trop peu...
4.      Le cumul des tâches. Ce n’était pas évident tous les jours de combiner la poursuite de nos activité liégeoises (le soir !) et notre projet de recherche en Floride (le jour!). Cette double gestion a généré des montagnes de courriels avec nos collaborateurs et nos étudiants !
5.      Les qualités culinaires de la mousse au chocolat et du pain vendus en grande surface ! Un appel du pied aux entrepreneurs belges ! Foncez !
6.      L’éloignement des amis et de la famille. Leur oreille attentive, leur épaule sympathique et tous leurs petits coups de pouce si appréciés lorsque l’on a un enfant!
7.      Le plastique. Quoi de plus désagréable que de pousser la porte d’un restaurant à la façade avenante, de se faire guider à table par un valet dont le style « en impose » pour finalement se faire servir sa soupe de crabe dans une barquette en frigolite avec une cuillère en plastique avant de recevoir son « amaziiiiiiing » plat de pâtes aux fruits de mer sur une assiette en plastique avec des couverts…en plastique. Je suppose que c’est symptomatique de la volonté de rendement extrême de certains restaurants situés en zone touristique. Cela évite une perte de temps en nettoyage vaisselle !
Et Eric de penser à tout ce qu’a essayé de lui inculquer un de ses valeureux chefs pios.
8.      L’air conditionné. Il fonctionne tellement bien qu’une petite laine est indispensable pour travailler dans le laboratoire alors que les températures estivales frôlent les 35°C.
9.      L'usage généralisé de la voiture, indispensable au vu de l’étendue des centres urbains et du côté peu pratique des transports en communs en Floride.
 
Ce que nous avons apprécié, aimé ou adoré :
 
1.      Découvrir une autre culture, drôle, souvent décriée mais toujours intéressante.
2.      Observer de l’intérieur le fonctionnement d’une université et d’un laboratoire de recherche américains.
3.      La politesse et l’accueil des Américains. Chanceux, nous le fûmes sûrement mais par exemple mais notre boss s’est impliqué à plusieurs reprises pour résoudre des postes qui ne découlaient pas du travail et pour faciliter notre insertion dans la vie floridienne !
4.      Les muffins, les cookies, les brownies et les cheesecakes. Mmmmmm !!! Toutefois, je ne peux que vous conseiller la modération en consommant ces bombes caloriques!
5.      La nature et la mer. La Floride est entourée et morcelée par l’eau douce ou salée. Elle regorge de réserves naturelles ! On a adoré voir la mer tous les matins, croisé régulièrement des dauphins et des limules, assister aux déjeuners des balbuzards, suivre les pêches explosives des pélicans ou celles plus minutieuses des hérons. Ceci ne doit pas faire oublier que les écureuils sont au quotidien ce que sont chez nous les pigeons.
6.      Le respect du code de la route ! Les Américains, dans leur grande majorité, sont très pépères et respectueux du code de la route, ce qui génère un sentiment de sécurité au volant. Et les voitures automatiques sont super faciles à conduire !
Commentaire d’Eric : « Et, mildjou, quel plaisir de ne pas voir, comme à Liège, des dizaines de "$$$$$$####"  s’engager dans le carrefour dès que le feu tourne à l’orange !!!!!! »
7.      La couleur de l’herbe. Et elle n’est pas plus verte qu’en Belgique! Nous pensons à l’un de nos principaux collaborateurs américains, 38 ans, des publications de qualité et plus de 17 demandes de financement ces 12 derniers mois pour espérer obtenir un emploi académique en 2011. Ici aussi la précarité des chercheurs alimente les conversations de laboratoire. Le F.R.S-FNRS reste une institution unique permettant une stabilisation des chercheurs, structure ayant finalement peu d’équivalents à l’étranger. Et ici aussi, scientifiques et académiques pestent et croulent sous les charges de cours, les réunions et, surtout, la lourdeur des tâches administratives.
Commentaire d’Eric : Une vieille remarque circule depuis longtemps, elle dit que le chercheur cherche principalement des sous pour faire ses recherches. Elle reste vraie. Mais de plus en plus, le chercheur cherche aussi du temps pour faire sa recherche.
8.      La facilité avec laquelle un enfant de trois ans assimile une deuxième langue. Un vrai plaidoyer pour des écoles systématiquement bilingues, et ceci dès les maternelles.
9.      Et finalement (et surtout), l’opportunité de voyager à trois, en famille. Aucun de nous deux n’envisageait de perdre six mois de la vie de notre enfant. La mobilité du chercheur implique une aide de mobilité à la famille.
 
Commentaire et conclusion d’Eric : « Au final, après pondération des arguments, notre avis partial tombe : « Oufti que c’était bon….On en veut encore ! »
 
Nous prenons l’avion dans un peu plus de 48 heures. Nous vous disons à très bientôt maintenant et surtout un très grand merci à tous nos lecteurs. Ça a été un vrai plaisir que de tenir ce blog et de recevoir vos messages d’encouragement, vos coucous et vos commentaires !
 
 

 



Publié à 08:39, le 12/02/2010, dans 6. En Floride, Saint Petersburg
Mots clefs : conclusionsconseils
.. Lien


Disney's Animal Kingdom

Six mois en Floride et vous n’êtes pas encore passé par Disney World ?   Bon, c’est chose faite, nous revenons de chez Disney’s Animal Kingdom !

Animal Kingdom est un parc d’attraction sur le thème des animaux, omniprésents dans les créations Disney. Oiseaux, lions, tigres, antilopes, gorilles s’ébattent dans des décors inspirés de l’Afrique, de l’Asie ou du monde perdu des Dinosaures. Ce parc comprend une rivière sauvage (Kali River Rapid®) et une montagne russe (Expedition Everest®). Le reste des activités est plus accessible aux jeunes enfants. Les décors sont grandioses, caractérisés par un souci du détail impressionnant : même les ornières et les flaques de boues de la savane paraissent vraies !

Kilimanjaro Safaris

 

Le Kilimanjaro Safaris® permet en vingt minutes de traverser les plaines africaines et d’apercevoir les antilopes, les lions, les gnous et les rhinocéros. Le camion 4x4 est consciencieusement rempli et l’activité est programmée à la minute près, au détriment de toute possibilité d’observation des animaux, surtout si vous êtes assis à la droite du camion (et devinez où nous étions assis ?). Nous sommes d’ailleurs très bien encadrés : les 4x4 suivants nous talonnent déjà ! N’espérez pas quelques minutes de plus pour observer l’animal, non, non, non, chaque minute compte and…time is money. Mention toute spéciale pour le chauffeur tout de même : son flux de paroles est impressionnant et vous permettra de tout connaître de la biologie des animaux (à défaut de les observer), tout en évitant les coups de feu des braconniers. Mais quand respire-t-il ?
 
Le spectacle musical Festival of the Lion King est très sympa. Par contre, évitez « It’s tough to be a bug » avec de tous jeunes enfants qui sont littéralement terrifiés par le criquet géant. Après cela, Marine n’a plus voulu entendre parler des autres spectacles (Finding Nemo – The Musical, la Parade de 17h) et n’a eu de cesse de réclamer son doudou, son canapé et ses dessins animés préférés ! C’est plaisir !
 
Les jeunes âmes préfèreront sans doute le petit tour pénard en train entre deux gares africaines (Wildlife Express Train). N’oubliez pas d’admirer les tigres du Bengale dans le temple indo-javanais en ruine et les gorilles sortis de leur brume pour l’occasion. La petite a préféré Boneyyard - des tunnels, des toboggans, des tours d’escalade sur le thème des dinosaures - et… Pan-Pan ! Ouiiii, les enfants peuvent rencontrer et serrer dans leur bras leur héros en life ! Un seul carrousel (très apprécié) pour tout le parc, dommage ! Quelques carrousels de plus n’auraient fait de tort à personne, surtout aux tous petits.
 
Les parcs d’attraction, on n’aime ou on n’aime pas. Ceci dit, plus que le décor, c’est tout le rouage du marketing que je trouve totalement admirable : un décor soigné, un personnel nombreux, très présent et très poli veille à l’organisation. Les files d’attente sont policées. Les gradins entourant la scène du spectacle ne sont jamais pris d’assaut : les visiteurs sont dirigés, canalisés, assis, informés, histoire de ne perdre aucune précieuse minute ! L’attraction, est généralement très courte, 2 à 3 minutes (plus long pour les spectacles musicaux quand même) pour une file d’attente variant entre dix et trente minutes. Heureusement les allées sont larges et longues pour se rendre d’une attraction à l’autre, avec possibilités infinies de boutiques, de snacks et de restaurants. Tout est fait pour que vous consommiez, et bien sûr, vous consommez!  


Publié à 13:00, le 7/02/2010, dans 6. En Floride, Orlando
Mots clefs : disney worldTourisme
.. Lien


Jour J -10

Le compte à rebours belgo-belge est lancé ! Plus que 10 jours sur cette belle terre de Floride. J’ai terminé la partie expérimentale de mon projet. Eric a réalisé des AEPs (Auditory Evoked Potentiel ou Potential Auditif Evoqué) sur 30 de mes larves.

Des tests comparables sont réalisés chez le nouveau-né pour détecter précocement la surdité. Un travail énorme et minutieux car nos larves avaient une longueur maximale de 20 mm. Pour réaliser ces tests, Eric devait implanter deux micro-électrodes sur leur crâne. Heureusement, il a derrière lui des années d’expérience de maquettisme ! Qui aurait pu imaginer que ces heures passées à construire des avions et des sous-marins porteraient leurs fruits 30 années plus tard ? Nos larves ont passé ces tests auditifs sans problème majeur ! Leur vrai problème, c’était moi ! En trois jours, plus de 300 larves ont été pesées, mesurées, photographiées et, soit congelées à -80°C pour les analyses hormonales, soit conservées dans le formol pour réaliser des coupes histologiques. Je ne peux plus voir une larve de poisson en peinture ! Seuls les sushis trouvent encore grâce à mes yeux !

Fin de l'expérience

 

Il nous reste à nettoyer tous les aquariums et les bacs de réserve, à enregistrer les dernières espèces de poissons prélevées par Eric dans les Keys et à s’occuper de la partie administrative de l’envoi des échantillons en Belgique. Que du bonheur !
 
Heureusement, demain c’est dimanche et pour notre dernière excursion américaine, nous partons à Orlando ! Réveil à 6h30 pour être sûrs d’être à l’ouverture d’Animal Kingdom à 9h ! Animal Kingdom, ni plus ni moins le dernier né des Parc Disney. Les autres parcs (Magic Kingdom, Epcot) ne sont vraiment  pas recommandés avec des enfants en bas-âge. J’en ai d'ailleurs deux à la maison qui ne tiennent plus en place à l’idée de franchir les portes du mythique Disney World  !
 
Animal Kingdom map
 

Et n'oubliez pas notre bazar dînatoire le 20 février!

 

 



Publié à 20:20, le 6/02/2010, dans 5. Notre travail de chercheur, Orlando
Mots clefs : TourismeUSFrecherche
.. Lien


National Everglade Park

Le terme « Everglades » signifierait « eau herbeuse » dans la langue des Amérindiens Séminoles qui occupaient autrefois cette partie de la Floride. Et c’est bien de cela qu’il s’agit. 566 580 hectares classés en réserve naturelle: l’Everglade National Park. Il s’agit d’une région marécageuse située tout au sud de la Floride.

 
 
Des prairies de laîches ponctuées de buissons appelés hammocks, de mangroves et de cours d’eau s’étirent nonchalamment vers le sud. Cet écosystème tout à fait particulier abrite une multitude d’espèces d’oiseaux, de mammifères et de reptiles (lézards, serpents, tortues et alligators). Un bonheur pour deux biologistes en vadrouille ! Il s’agit toutefois d’un bonheur en sursis : constructions résidentielles, agriculture, espèces allochtones, autant de menaces qui pèsent sur cet écosystème qui n’occuperait plus que 25% de sa superficie d’origine. Le python birman est un exemple d'espèce allochtone, ce qui signifie que ce serpent originaire d'Asie a été introduit en Floride par l’Homme .
 
Python birman (source: http://www.dinosoria.com/serpents/python-birman.jpg)
 
Ces pythons de plusieurs mètres, initialement maintenus en captivité chez des particuliers se sont échappés et acclimatés à leur nouvel environnement. Ces serpents sont de véritables fléaux fragilisant l’écosystème des Everglades car ils mangent de tout : oiseaux, mammifères et jeunes reptiles. Il n’est pas rare de croiser un python en plein combat avec un alligator. Et parfois, le vainqueur est le python, capable d'ingérer un alligator de deux mètres.
 
 
 
 
 
 
 
Cinq heures de route depuis Saint Petersburg jusqu’au Ernest Coe Vistor Center, une des entrées du parc et une mine d’information pour les touristes que nous sommes. On nous conseille très aimablement la ballade d’Anhinga Trail, idéale avec des jeunes enfants : 600 mètres de pontons de bois sur pilori enjambant les marais et offrant une vue dégagée sur les oiseaux, les prairies de laîches et les alligators. C’est une odeur de poissons morts qui nous accueille. La vague de froid des premiers jours de janvier a également sévi dans les Everglades: des centaines de tilapias en décomposition flottent sur les plans d’eau attirant de nombreux vautours! Certains alligators du parc auraient également succombé aux basses températures.
 
 
N’hésitez pas à faire un arrêt à l’Everglade Alligator Farm, une ferme aux alligators. Les alligators s’élèvent comme du bétail, depuis la reproduction, l’incubation et l’éclosion des œufs et l’élevage des jeunes. Vers 3-4 ans, l’animal est transformé en steak, ceintures ou sacs à main ! Notre fille a adoré nourrir les bébés gator avec des croquettes (semblables à celles données aux chats) et assister au repas de ces grands reptiles à 15h. Ce qui impressionnant, ce n’est pas tant le repas proprement dit que l’illustration du réflexe de Pavlov : vers 14:45, tous les alligators sortent de l’eau et attendent patiemment leurs cuisses de poulet!
 
 
Le summum de cette visite est la ballade en air boat : un bateau à fond plat propulsé par une hélice d’avion : la ballade commence en douceur, puis on vous prie de placer un casque sur vos oreilles afin de les protéger du bruit et manette à fond, on découvre les Everglades, moitié sur l’eau, moitié sur l’air ! Sensations garanties au milieu des alligators sauvages, à peine dérangés par cette incursion dans leur retraite.

 

 



Publié à 17:54, le 31/01/2010, dans 6. En Floride, Parc National Everglades
Mots clefs : TourismeEverglades
.. Lien


{ Page précédente } { Page 1 sur 19 } { Page suivante }

Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

Où suis-je actuellement ?






Derniers articles

Nos aventures continuent...
Six mois en Floride – Fin de l’aventure !
Disney's Animal Kingdom
Jour J -10
National Everglade Park

Menu


Université de Liège
College of Marine Science (USF)
Mote Marine Laboratory
Croissant et parmesan
La cuisine de Cléa
Amarelo ASBL
Photo credit
Centre de yoga Satyam
ASBL Mitra
Visit my profile at ResearchGATE
Louez vos jouets enfants chez www.dimdom.fr

Amis


Newsletter

Saisissez votre adresse email